Article paru dans le Télé-moustique du 28 novembre 2007  Cette histoire commence peut être comme un conte de fée. Il était une fois une bande d’étudiants du groupe T de la Hooge School Leuven et leurs ami Pieter tous amoureux fous de 2cv (Citroën) qui rêvait de participer a la course mythique des 24h24 2cv des Spa-Francorchamps et d’utiliser pour la première fois comme carburant du bio éthanol. Bio éthanol produits par recyclage d’immondice. Une bande de joyeux Francophone réunit sous la bannière de TdS Racing ont accepte de relever le défit. Ce 10 et 11 Novembre comme dans un conte de fee au pays ou l union fait « encore » la force, dorlotée par le sud et chouchoutée par le nord sous l œil attentif de ca grande sœur la 99 la voiture 66 a pris pour la premier fois sont envol propulsée au Bio Ethanol. En quelle langue ce sont entendu tous ces mécanos soutenus par une même passion, je n’en sais trop rien, ou plutôt si, avec un respect et une bonne volonté mutuelle, et c’est avec allégresse que la 66 à terminé dimanche son premier tours d’horloge plus 24 minutes à Spa-Francorchamps. Liesse partagée entre nos deux communautés unies par le bonheur d’un premier pas ensemble dans la recherche d’un nouveau carburant. Mon cœur d’anversoise francophone soucieuse de notre union ainsi que notre environnement rêverait que comme dans un conte de fée, un coup de baguette magique fasse enfin comprendre a tous nos politiciens qu’il y a de grande chose qui peuvent se faire au Royaume de Belgique pour pu que nous apprenions a mieux nous connaitre et à mieux nous respecter. Axelle Laurencin (Limont)

Article paru dans le 7dimanche de ce week-end: 24h24 2007 - Retour des deuches à Francorchamps

31/10/2007 - Turbo magazine - Article de TURBO MagazineTous aux 24h24' 2CV de Spa-Francorchamps ! Les 24 Heures 2CV de Francorchamps font partie des événements incontournables sur la scène sportive automobile belge depuis plus de 22 ans. Une aventure à la fois passionnante et exotique, dont le succès n'est plus à démontrer depuis longtemps. Hélas, fin 2006, le Santa Fé, organisateur de la manifestation, annonçait la fin d'une époque, ce qui se traduisait par l'absence du double tour d'horloge au calendrier officiel du circuit de Francorchamps en début d'année. Les "deuches" allaient-elles vraiment déserter le toboggan des Ardennes de manière définitive ? Et bien non… Rapidement, Louis Lempereur prenait les choses en mains. Au travers de l'association "2CV Racing Teams" qui s'impose en porte-parole des équipes souhaitant engager l'une des sympathiques petites voitures de course, il envisageait de relancer l'organisation des 24 Heures, entamant des négociations afin d'obtenir une dérogation visant à permettre aux "deuches" de s'ébattre de jour comme de nuit. Une fois le feu vert reçu, l'ASBL "2CV Racing Teams", essentiellement composée de bénévoles, pouvait passer la vitesse supérieure. But de la manœuvre : remettre sur pied les 24 Heures, dans une version originale, et générer des bénéfices afin d'entrevoir l'organisation d'autres épreuves dès 2008. Projet d'avenir mené en collaboration avec l'AMCXL, qui permet déjà depuis cette année aux 2CV d'en découdre lors de différentes épreuves. 60 engagés ! Mais revenons-en à l'événement automnal, sommet de la saison, que l'association "2CV Racing Teams" prend seule en charge. Histoire de rompre avec le passé, l'épreuve est désormais différente dans son appellation… et sa durée ! Adieu les 24 Heures 2CV, bonjour les 24 Heures 24 Minutes ! "L’événement est organisé sous l'égide de l'Association Sportive Automobile Francophone", explique Louis Lempereur, "et je tiens d'ailleurs à mettre en exergue le bon support de Jacques Ravet et de son équipe. La CSAPL liégeoise est également partie prenante. Dès l'officialisation de la date, les 10 et 11 novembre, tout s'est précipité, et "2CV Racing Teams" est heureuse de vous annoncer que plus de 60 équipages seront au départ, dont certains qui effectuent un grand retour alors qu'ils n'ont plus roulé en course depuis pas mal de temps. Premier objectif atteint, donc !" Et parmi les candidats à la victoire à l'issue de ces premières 24H24', dont le départ sera donné à 14h00, on retrouvera de nombreux habitués de la 2CV, mais également plusieurs personnalités du sport auto en noir-jaune-rouge, dont Eric Jamar, Vincent Radermecker, Georges Biar, Bruno Thiry, Cédric Verhees, Bruno Beulen, Bernard Munster, Stany Linnertz, Pascal Gaban, Jean-Pierre Van de Wauwer, Michel Luxen, Lino Pecoraro et José Close, pour ne citer que ceux-là… Quelques équipages étrangers, en provenance de France, d'Italie et d'Angleterre, figurent également sur la liste des engagés. Côté réglementation, les nouveaux organisateurs ont décidé de poursuivre sur base de ce qui se pratiquait avant, avec des Protos, des Améliorées, mais aussi des Hybrides à moteur de moto BMW, qui pourraient créer la surprise au bout des deux tours d'horloge… et 24 minutes! Une catégorie "Classic" a également été introduite en vue d’appeler de nouveaux participants. Elle regroupera des voitures strictement d'origine, mais néanmoins pourvues des indispensables éléments de sécurité tels que toit en tôle, harnais et arceaux. C'est déjà demain ! Et ce n'est pas tout. L’organisateur souhaite stimuler la présence des écoles. Plusieurs d'entre elles seront déjà de la partie cette année, tandis que les 24H24' 2CV s'associeront avec le Campus Automobile installé sur le circuit de Francorchamps, qui profitera de ce week-end pour organiser ses journées Portes Ouvertes… Autre volonté de Louis Lempereur et son équipe : faire en sorte que courses de 2CV et… nouvelles technologies fassent bon ménage. "Depuis 1985, année des premières compétitions réservées aux 2CV, ces bolides ont bien évolué pour devenir de véritables voitures de course. D'un autre côté, les nouvelles technologies sont dans l'air du temps, et assurent des retombées médiatiques importantes. Il n'en fallait pas plus pour créer une catégorie "eXpérimentales", qui accueillera dès ce millésime 2007 une 2CV propulsée au gaz, et une autre fonctionnant au bioéthanol. Un projet imposant de voiture recyclable, impliquant notamment la KUL de Leuven et des… Chinois, se concrétisera dès 2008 !" On le voit, on a de la suite dans les idées du côté de l'association "2CV Racing Teams"… Elles reviennent… Last but not least, les 24H24' 2CV de Spa-Francorchamps serviront également de cadre à une concentration qui devrait réunir plus de 300 voitures ! De quoi permettre aux inconditionnels et amoureux de la géniale invention d'André Citroën de s'en mettre plein la vue et les oreilles… Gratuité, sur invitation … L'organisateur souhaitant attirer un maximum de monde à la course, les parkings et les entrées seront gratuits. L'accès aux paddocks se fera néanmoins uniquement sur invitation. Pour obtenir une entrée paddock, il est conseillé de prendre contact avec un team ou un sponsor, ou envoyer un mail avec vos coordonnées postales à l'organisateur à l'adresse internet Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Vous l'avez compris, si on a pu craindre un instant la disparition de la plus grande course réservée aux 2CV, tout est à présent rentré dans l'ordre. Et ne comptez pas sur les nouveaux organisateurs pour s'arrêter après cette édition. A bon entendeur… (V. Franssen)

Photo de la semaine FRANCORCHAMPS sur DA-press.info :

ddhfrancorchamps4.jpg

Dr Amos, du team TDS, a découvert le circuit des 24 heures 2CV sous la pluie... ©DAP/D.DH.

Article de la semaine Ambresin-Limont-Vierset:

Les Combitos de retour… aux 24 heures 2CV de Spa-Francorchamps!

C’est l’histoire de cinq potes qui, de sortie de rhéto en 2000, décident de monter un projet commun. Pour leurs dernières vacances avant les choses sérieuses, ils retapent un combi Volkswagen et s’offrent un séjour dans le Sud européen. Tout se passant pour un mieux, le groupe opte pour un renouvellement de l’expérience. Durant les vacances scolaires 2003, s’ils ne sont plus qu’au nombre de trois, ils parcourent quelque six mille kilomètres, traversant notamment la Hongrie, la Croatie, le Kosovo ou la Serbie, à bord de leur véhicule dédié à leur ami peintre liégeois Boris Mestchersky. Un an plus tard, au cours de l’été 2004, ils sont désormais sept, tous alors âgés de 23 à 24 ans. Les Combitos font alors l’acquisition d’un vieux combi supplémentaire, en vue d’un nouveau trip de découverte dans les pays de l’Est. Au terme de nombreuses heures de travail mécanique, les véhicules sont prêts. Parallèlement, une collecte de jeux et de matériel scolaire est organisée dans l’arrondissement de Huy-Waremme car l’idée est aussi de visiter deux orphelinats et d’y gâter les enfants qui y vivent. 2006… Les Combitos ont encore un peu grandi, ils ont tous 26 ou 27 ans. Céline Grandjean et Gatien van der Straeten, présents lors de la dernière épopée, se marient! L’Ambresinois Gilles Vanvolsem, l’ex-Couthinois Jérôme Devigné, le Neupréen Florent Grandjean et son cousin Amaury se lancent dans les courses de Citroën deux-chevaux. Pour ce faire, ils s’associent au team TDS Racing, de Limont. La dernière de la bande, Stéphanie Gosuin (de Vierset-Barse) n’obtient pas son casque de pilote, mais continue à soutenir ses amis. Ce week-end, si seuls quatre des sept Combitos ont piloté à Francorchamps, tous étaient au rendez-vous avec papas, mamans et sponsors. Préalablement à leur participation à l’épreuve mythique, avec Babar le mécano et l’équipe du team, ils ont complètement retapé une Diane. Malgré quelques soucis techniques, celle-ci a terminé la course dans les trente-cinquième premiers… UN PEU LA POISSE, BEAUCOUP D'AMBIANCE Vendredi soir, les Combitos désormais associés au team automobile de Limont débarquent à Francorchamps. Leur voiture 66 est déchargée dans le stand 39. «La nuit précédente, nous n’avons dormi qu’une heure, il fallait terminer la voiture, sourit Gilles Vanvolsem. Samedi, durant les essais, nous arrivions juste à monter le raidillon, puis c’était la panne.» À quatorze heures, le départ est donné. Mais les soucis techniques se multiplient pour la 66: panne de phares, l'allumage qui lâche… Après sept heures de course, la Deuche des Combitos a parcouru à peine huit tours de circuit. Qu’à cela ne tienne, l’équipe reste motivée, les quatre pilotes prêts à repartir après la réparation qu’il faut. Au terme de plusieurs heures d’immobilisation, la voiture repart enfin à 20h49. Cette fois, c’est (plus ou moins) bon. Le prototype décide de passer le reste de la nuit sans trop faire appel aux mécanos. Dimanche, à quatorze heures, la 66 franchissait la ligne d’arrivée, honorablement classée (35ème/54 et 14ème proto). ©DA-PRESS/D.DH./Octobre 2006